Comment créer des liens et les entretenir

 

 

Lors du prochain Café AT, je vous propose d’explorer avec moi les espaces de rencontres à notre disposition pour éviter l’isolement et dire non à la  solitude en cultivant les liens avec les autres. En complément de la question d’Eric Berne: « Que dites-vous après avoir dit bonjour ? », je pose la question « A combien de personnes dites-vous bonjour chaque matin et à qui ? »

Pour comprendre pourquoi certains ne pensent même pas à dire bonjour, il faut prendre en compte les apprentissages relationnels de l’enfance et de la jeunesse qui nous ont conditionné(e)s.

Où trouver les ressources pour lutter contre l’isolement ? D’abord dans les groupes d’appartenance dans lesquels évolue chaque être humain :

  • sa famille d’origine ou ce qui en a tenu lieu,
  • ses amis,
  • ses divers milieux professionnels,
  • la vie amoureuse et le foyer.

Chacun de ces lieux a des spécificités dont il vaut mieux connaître les codes et le fonctionnement. A chacun de découvrir ce qui compte le plus pour lui (elle) pour pouvoir accéder aux joies de la compagnie sans renoncer à la liberté que donne une certaine capacité à se ménager des moments précieux de solitude.

Ce livre est un ouvrage de développement personnel qui utilise l’AT.

Dire bonjour

Le problème de la solitude pèse lourd dans notre société de plus en plus individualiste. C’est sans doute le prix à payer pour avoir échappé au contrôle social étouffant des sociétés traditionnelles. Il n’empêche que nous ne sommes pas seuls, à aucun moment. Depuis notre naissance nous vivons dans des groupes plus ou moins nombreux où nous ne sommes jamais vraiment seuls. Et nous ne pouvons pas survivre sans les autres membres du groupe. A l’inverse des autres mammifères, un bébé humain dépend entièrement des adultes qui l’entourent et prennent soin de lui pour assurer sa survie. Il a besoin d’être nourri, porté, touché, caliné pour pouvoir atteindre l’âge où il devra à son tour prendre en charge avec d’autres le renouvellement des générations.

Mais peut-être, sans être jamais totalement isolé, avons-nous quand même l’impression de l’être. Nous disons alors : je suis seul, je n’ai personne, ou je n’ai que toi, ce qui pose d’autres problèmes ! Mais pour quoi faire ? Pour m’aimer ? Pour m’aider ? Pour s’occuper de moi ? Ou pour converser, s’aimer, travailler et donner un sens à sa vie ?

De quoi parlons-nous dans ce cas? Du sentiment de solitude. Il peut venir des manques de notre vie : manque d’êtres chers, disparus ou vivant au loin, manque d’affection et d’amour ou seulement insuffisance de signes d’attention. Il peut venir aussi de l’impression d’être différent, incapable de s’intégrer dans un groupe faute d’avoir appris à le faire dans le monde où nous avons grandi. Ce sont ces manques qu’on peut combattre, ces vides qu’on peut apprendre à combler, ces apprentissages qu’on peut faire, comme l’analyse transactionnelle nous y invite et nous l’apprend.

 

 

Lecture féministe 7

Soumission des femmes : subie ou choisie ?

Dans son livre « On ne naît pas soumise, on le devient » la philosophe Manon Garcia met ses pas dans ceux de Simone de Beauvoir et pose la question de la soumission des femmes. Je vous propose quelques passages particulièrement  intéressants à propos de la relation des femmes au pouvoir.

La soumission est-elle naturelle ou apprise ? Est-elle forcément subie ou ne peut-elle pas être aussi parfois choisie ? Car certaines femmes choisissent la soumission :  Il y a de la soumission dans le fait de suivre la mode, de s’affamer pour entrer dans une taille 36 ou de prendre en charge l’intégralité de la charge mentale du foyer.  

La domination est une relation

Marion Garcia préfère parler de soumission plutôt que de domination et renverser le point de vue sur le pouvoir. C’est un des points qui m’ont intéressée particulièrement, en complément de l’approche de l’analyste transactionnel Claude Steiner concernant les jeux de pouvoir.

A n’étudier les rapports asymétriques de pouvoir que sous l’angle de la domination, on se prive d’une compréhension globale des rapports de pouvoir, en particulier des rapports de pouvoir asymétriques puisqu’on ne les envisage que d’un seul point de vue, celui du dominant. Etudier la domination comme relation de pouvoir asymétrique nécessite d’interroger les deux extrémités du rapport de domination.

Du côté du dominant cela consiste à se demander comment fonctionne la domination pour celui qui l’exerce.

  • Par exemple on peut se demander ce que cela fait de dominer ;
  • On peut aussi s’interroger sur l’efficacité de la domination en étudiant comment on fait ;
  • On peut aussi se demander ce que c’est que dominer, qui domine à un instant précis, pourquoi ces gens cherchent à dominer.

Mais la question toujours passée sous silence et cependant centrale dans l’analyse de la domination consiste à se demander comment fonctionne la domination pour celui sur qui elle s’exerce.

Analyser la domination c’est procéder à un retournement du regard, ne plus analyser les relations asymétriques depuis la simple perspective de celui qui les impose ou qui les crée, mais depuis la perspective de ceux et celles sur lesquels elles s’exercent. C’est faire l’hypothèse  que comprendre la façon dont la relation fonctionne pour ceux qui l’exercent ne suffit pas à rendre compte de ce qui se passe pour ceux sur qui elle s’exerce. Ne pas se tromper sur le sens du verbe « s’exercer ».

La domination est une relation. On peut faire l’hypothèse que cette relation a un effet sur qui est dominé ou soumis et que celui-ci, n’est, contrairement à ce que la forme verbale laisse entendre, pas absolument passif dans ce processus.

Le cheminement original de Simone de Beauvoir :

Elle est dans une position qui lui permet de donner à voir la soumission et plus généralement l’expérience des femmes. Elle est une femme. Cette qualité est la première qui lui vient à l’esprit quand elle cherche à se définir. C’est pour pouvoir penser ce qu’elle est qu’elle écrit « Le deuxième sexe ».Elle considère que certaines femmes dont elle fait partie sont dans une situation singulière car elles sont femmes et en même temps elles n’ont jamais eu à éprouver leur féminité comme une gêne ou un obstacle » tant et si bien que d’un côté elles connaissent  ce que signifie pour un être humain le fait d’être féminin »  et d’un autre côté, elles ont face à cette question une forme de détachement qui leur permet d’espérer que leur attitude sera objective ». ; elles peuvent s’offrir le luxe de l’impartialité.

La vie ordinaire échappe souvent à la philosophie parce qu’elle semble trop médiocre pour que les philosophes s’y intéressent, mais aussi parce qu’ils sont par leur position sociale à l’abri de cet ordinaire. Les  femmes voient certaines choses que les hommes ne voient pas en raison de la division genrée du travail domestique. Comme les femmes sont préposées au rangement et au nettoyage elles voient les chaussettes sales que les hommes ne remarquent même pas.

En tant que femme, Beauvoir fait apparaître la vie ordinaire dans toute sa complexité depuis les problèmes philosophiques que posent le ménage et la cuisine jusqu’aux enjeux que constituent la menstruation ou la puberté dans l’expérience du corps. Elle distingue chez elle et chez les femmes qui l’entourent les plaisirs du dévouement, de l’abdication. En tant qu’intellectuelle existentialiste pour qui la liberté est la valeur cardinale, elle est scandalisée par le spectacle de la soumission féminine.

Beauvoir propose une phénoménologie de l’expérience vécue de la soumission par toutes les femmes, à tous les âges, dans toutes les situations. Elle met en évidence le caractère généralisé et presqu’universel de la soumission féminine. Le monde dans lequel naissent les humains de sexe féminin est toujours déjà structuré par une norme de la féminité qui est une norme de soumission..

  • Elle décrit la vie des femmes dans sa complexité ce qui n’avait jamais été fait.
  • Elle la décrit telle qu’elles la vivent.
  • Dans Le deuxième sexe, les femmes apparaissent comme une multiplicité de sujets.

Elle s’appuie sur les expériences faites en première personne et elle multiplie les sources de récits à la première personne.

La puberté vécue, du corps à la chair :

Devenir chair se produit pour la jeune fille à travers le choc terrible que constitue pour elle la prise de conscience qu’elle est regardée. Beauvoir cite une femme qui dit « jamais je n’oublierai le choc physique à me voir vue » A partir de la puberté, dans l’espace public, dans la rue mais aussi dans les interactions familiales la jeune fille va comprendre que son corps est sexualisé par le regard des hommes. Alors qu’elle n’attirait pas d’attention particulière elle va se voir vue, examinée, se voir désirée. Son corps est devenu quelque chose qui ne lui appartient plus, qui est non plus son corps à elle, mais un corps de femme c’est-à-dire dans le regard des hommes un objet de désir. Son corps n’est pas son corps mais ce qui la fait apparaître dans le monde comme une proie possible.

Le consentement à la soumission

Il a des causes politiques, sociales et économiques qui proviennent de la domination masculine mais il résulte aussi du plaisir pris à la soumission. Leur conformité aux attentes de l’oppresseur est bien plus largement rétribuée que pour les autres groupes opprimés. Les femmes qui se soumettent consentent à un destin qui leur est assigné à partir d’une sorte de calcul coût/bénéfices dans lequel les délices de la soumission pèsent lourd face aux risques de la liberté.

Dans la société patriarcale,  les hommes et les femmes grandissent  dans un monde organisé par des normes sociales de genre qui prescrivent aux hommes l’indépendance, le courage et aux femmes la sollicitude et la soumission. Plus que la consternante solidarité des agresseurs entre eux, le grand ennemi d’une entente égalitaire entre les sexes qu’il est important d’identifier en nous et chez les autres, c’est le consentement des femmes à leur propre soumission.

Qu’en dites-vous ?

Paris 15 juillet 2022

Je dis non à la solitude

Créer des liens et les entretenir

Présentation du livre par Olivier Montadat (PTSTA O)

« La vie c’est le lien, le lien c’est la vie….

Agnès Le Guernic illustre cette nécessité et les moyens de créer du lien y compris quand c’est difficile pour nous. En effet, dans ce monde très stressant, la tentation de la solitude même si elle douloureuse peut être une « solution » pour certain.es.
En s’appuyant sur des concepts tirés de l’analyse transactionnelle, Agnès Le Guernic permet à chacun.e d’entre nous, que nous soyons « l’honnête homme / femme » ou bien encore professionnels de l’accompagnement, de savoir comment créer et entretenir le lien.
Nous sommes chacun.e responsable de la qualité de nos vie – y compris de sortir de nos solitudes – et ce livre nous permet de mieux assumer cette responsabilité.

Couples en confinement : Bonjour, les jeux psychologiques

Enfin seuls est-ce vraiment intéressant?

De trop peu à trop :

Etre confiné chez soi pendant trois semaines ou plus avec son amoureux ou son amoureuse, son copain, sa copine, son conjoint, sa conjointe ne devrait pas poser de problèmes. Comment l’autre dont la présence nous manquait tant dans la vie antérieure pourrait-il devenir de trop ? Pourtant, rien n’est simple. Nous avons vu que la satisfaction de nos besoins fondamentaux était rendue difficile par la situation de confinement, d’où le risque plus grand de disputes, suite à des conflits entre les besoins de l’un et ceux de l’autre. L’impossibilité de sortir pour se changer les idées va aussi compter : les stratégies habituelles de désescalade dans les disputes ne sont plus disponibles. On parle déjà du nombre de divorces au sortir de la crise tout autant qu’on parle du nombre de naissances dans neuf mois.

 Il importe donc d’identifier les situations à risque. Les problèmes peuvent venir des jeux psychologiques favoris de chacun. Les jeux psychologiques sont des séquences comportementales complémentaires automatiques, apprises dans l’enfance et qui ne sont pas conscientes. Les disputes par lesquelles ils se manifestent peuvent être anodines (premier degré des jeux) ; elles peuvent déboucher sur une rupture (deuxième degré) ou sur la violence (troisième degré). D’où l’intérêt de les repérer afin d’éviter toute escalade. Sinon elles peuvent devenir lourdement dommageables.

Parmi les jeux conjugaux[1], j’ai choisi trois modèles de jeux à deux correspondant à la situation de confinement à deux : celui de « Sans toi », celui de « Ereintée » et celui de « Coïncé ».

 Dans le jeu de « Sans toi », la femme reproche à son mari de l’empêcher de travailler, alors qu’en fait elle a inconsciemment peur du monde extérieur. Elle se plaint auprès de ses amies et passe pour la victime d’un tyran. Lui est terrifié à l’idée de rentrer un jour à la maison et de découvrir qu’elle est partie et qu’il est seul. Les deux personnes ont fait alliance en secret entre leurs états du moi Enfant.

Berne, en homme de son époque, nous propose le dialogue suivant au niveau social :

–      Reste à la maison et occupe toi du ménage

–      Sans toi j’aurais pu faire une carrière de concertiste

Avec, au niveau caché, un échange différent :

–      Tu dois toujours être à la maison quand j’y rentre. Je suis terrifié à l’idée que tu puisses m’abandonner

–      Je resterai à la maison si tu m’aides à éviter les situations dont j’ai peur ;

La femme a donc épousé un homme autoritaire de façon à ce qu’il restreigne ses activités à elle, lui évitant de se mettre dans des situations qui l’effraient. Au lieu de lui manifester sa reconnaissance, elle se plaint des limitations, ce qui met son conjoint mal à l’aise. Son avantage est qu’elle peut jouer à « sans lui » avec ses amies. La femme rejette en fait sur son mari la responsabilité du choix qu’elle a fait en l’épousant. : « Ah si je ne t’avais pas épousé, je n’aurais pas renoncé à mon métier pour toi, je pourrais sortir et m’amuser au lieu d’être cloitrée dans ma cuisine ! » Il faut que le partenaire partage un peu de la culpabilité pour que ça marche. Le jeu est caractérisé par la mauvaise foi. En général les couples s’apparient pour des raisons de complémentarité, chacun entrant inconsciemment dans le jeu favori de l’autre. Le mari peut être aussi dans le rôle de la victime qui se plaint. Nous ne sommes plus à l’époque de Berne ! A notre époque où nous sommes devenus sensibles à l’influence du fonctionnement resté patriarcal de la société, nous pouvons imaginer la situation inverse. Que de personnes talentueuses certes, mais effrayées par l’idée de ce qu’elles devraient entreprendre si elles devaient réaliser leurs ambitions, se plaignent d’avoir un conjoint ou une conjointe autoritaire, qui les empêche de faire ce qu’elles n’osent pas faire. Cela leur permet de jouer à « Sans lui, Sans elle, Sans les enfants, Sans… »que ne ferais-je pas?

Le jeu de « Coïncé » consiste à refuser avec hypocrisie de donner à l’autre ce qu’il veut et de faire comme si on l’ignorait. Voici la situation décrite par Berne : Madame Leblanc propose à monsieur Leblanc d’aller au cinéma. En général quand ils vont au cinéma ils font l’amour au retour. Mais cette fois une dispute éclate à propos de l’argent qu’il faudrait avoir pour repeindre la maison. Le résultat final c’est que Monsieur Leblanc claque la porte et va seul au cinéma et que sa femme se retrouve pleine de rancune. Au retour, il sera privé de sexe, mais elle aussi. La femme souhaite être « cajolée » selon le terme de Berne. Le mari voudrait qu’on reconnaisse son héroïsme pour subvenir aux besoins du ménage. Elle voudrait des caresses physiques ; lui des signes d’admiration. Chacun refuse de donner à l’autre ce qu’il espère, pour une raison quelconque.

Berne dit que la plupart des jeux conjugaux sont destinés à éviter l’intimité. En période de confinement, le choix d’un film à regarder ensemble peut faire l’affaire. Les corvées ménagères mal réparties jouant le rôle de l’argent qu’on n’a pas pour repeindre la maison. Les sources de frustrations nombreuses sont autant d’occasions pour hameçonner son (ou sa) partenaire.

Le jeu de « Ereintée » concerne les femmes surchargées de tâches, les ménagères qui font face à tout et sont bonnes pour le burn-out. Ces femmes se marient, dit Berne , avec le fantasme que leur mari a de sa propre mère qui faisait soi-disant tout parfaitement. Elles n’arrivent pas à renoncer à être parfaites ou à passer pour telles. Les conditions de vie modernes mettent les femmes plus en danger que les hommes. Il arrive que le mari tienne la maison quand sa femme travaille, mais est-il si fréquent qu’il le fasse en plus de son activité professionnelle ?

Les disputes de premier niveau réclament quelques remèdes de base : repérer les besoins de l’un et de l’autre, négocier la répartition de l’espace, du temps, se donner des signaux d’alerte, ne pas oublier de se dire des choses gentilles (signes de reconnaissance) qui mettent de l’huile dans les rouages, chercher le plus possible à obtenir le consentement de l’autre. C’est un fonctionnement démocratique. On peut parler de contrat.

Dans le cas du jeu « Sans toi », il faut aller plus loin, connaître ses faiblesses et accepter de prendre la responsabilité de ses choix de vie. Le jeu de « Coïncé » réclame aussi d’être honnête avec soi-même et avec l’autre : chacun connaît les points faibles de l’autre. S’abstenir d’appuyer sur ces points faibles est un bon moyen de renforcer alliance. Quant au jeu « Ereintée », je vous invite à écouter les féministes qui luttent contre le poids des préjugés de genre proposés aux filles dès leur enfance. Elles nous disent que nous n’avons pas à prendre tout sur nos épaules, que nous devons partager les tâches ménagères de façon à ne pas nous sentir éreintées au point de tomber malades.

La négociation et la bonne humeur nous donnent une chance d’éviter d’escalader dans les jeux et de mieux nous aimer. Dans le cas contraire, les couples au sortir de la période de confinement auront accumulé la rancune et se sépareront ou pire auront escaladé jusqu’à la violence contre l’autre et /ou contre soi.

[1] Eric Berne : Des jeux et des hommes, Psychologie des relations humaines, New York 1964,  Edition en français : Stock 1975Haut du formulaireBas du formulaire