Couples en confinement : Bonjour, les jeux psychologiques

Enfin seuls est-ce vraiment intéressant?

De trop peu à trop :

Etre confiné chez soi pendant trois semaines ou plus avec son amoureux ou son amoureuse, son copain, sa copine, son conjoint, sa conjointe ne devrait pas poser de problèmes. Comment l’autre dont la présence nous manquait tant dans la vie antérieure pourrait-il devenir de trop ? Pourtant, rien n’est simple. Nous avons vu que la satisfaction de nos besoins fondamentaux était rendue difficile par la situation de confinement, d’où le risque plus grand de disputes, suite à des conflits entre les besoins de l’un et ceux de l’autre. L’impossibilité de sortir pour se changer les idées va aussi compter : les stratégies habituelles de désescalade dans les disputes ne sont plus disponibles. On parle déjà du nombre de divorces au sortir de la crise tout autant qu’on parle du nombre de naissances dans neuf mois.

 Il importe donc d’identifier les situations à risque. Les problèmes peuvent venir des jeux psychologiques favoris de chacun. Les jeux psychologiques sont des séquences comportementales complémentaires automatiques, apprises dans l’enfance et qui ne sont pas conscientes. Les disputes par lesquelles ils se manifestent peuvent être anodines (premier degré des jeux) ; elles peuvent déboucher sur une rupture (deuxième degré) ou sur la violence (troisième degré). D’où l’intérêt de les repérer afin d’éviter toute escalade. Sinon elles peuvent devenir lourdement dommageables.

Parmi les jeux conjugaux[1], j’ai choisi trois modèles de jeux à deux correspondant à la situation de confinement à deux : celui de « Sans toi », celui de « Ereintée » et celui de « Coïncé ».

 Dans le jeu de « Sans toi », la femme reproche à son mari de l’empêcher de travailler, alors qu’en fait elle a inconsciemment peur du monde extérieur. Elle se plaint auprès de ses amies et passe pour la victime d’un tyran. Lui est terrifié à l’idée de rentrer un jour à la maison et de découvrir qu’elle est partie et qu’il est seul. Les deux personnes ont fait alliance en secret entre leurs états du moi Enfant.

Berne, en homme de son époque, nous propose le dialogue suivant au niveau social :

–      Reste à la maison et occupe toi du ménage

–      Sans toi j’aurais pu faire une carrière de concertiste

Avec, au niveau caché, un échange différent :

–      Tu dois toujours être à la maison quand j’y rentre. Je suis terrifié à l’idée que tu puisses m’abandonner

–      Je resterai à la maison si tu m’aides à éviter les situations dont j’ai peur ;

La femme a donc épousé un homme autoritaire de façon à ce qu’il restreigne ses activités à elle, lui évitant de se mettre dans des situations qui l’effraient. Au lieu de lui manifester sa reconnaissance, elle se plaint des limitations, ce qui met son conjoint mal à l’aise. Son avantage est qu’elle peut jouer à « sans lui » avec ses amies. La femme rejette en fait sur son mari la responsabilité du choix qu’elle a fait en l’épousant. : « Ah si je ne t’avais pas épousé, je n’aurais pas renoncé à mon métier pour toi, je pourrais sortir et m’amuser au lieu d’être cloitrée dans ma cuisine ! » Il faut que le partenaire partage un peu de la culpabilité pour que ça marche. Le jeu est caractérisé par la mauvaise foi. En général les couples s’apparient pour des raisons de complémentarité, chacun entrant inconsciemment dans le jeu favori de l’autre. Le mari peut être aussi dans le rôle de la victime qui se plaint. Nous ne sommes plus à l’époque de Berne ! A notre époque où nous sommes devenus sensibles à l’influence du fonctionnement resté patriarcal de la société, nous pouvons imaginer la situation inverse. Que de personnes talentueuses certes, mais effrayées par l’idée de ce qu’elles devraient entreprendre si elles devaient réaliser leurs ambitions, se plaignent d’avoir un conjoint ou une conjointe autoritaire, qui les empêche de faire ce qu’elles n’osent pas faire. Cela leur permet de jouer à « Sans lui, Sans elle, Sans les enfants, Sans… »que ne ferais-je pas?

Le jeu de « Coïncé » consiste à refuser avec hypocrisie de donner à l’autre ce qu’il veut et de faire comme si on l’ignorait. Voici la situation décrite par Berne : Madame Leblanc propose à monsieur Leblanc d’aller au cinéma. En général quand ils vont au cinéma ils font l’amour au retour. Mais cette fois une dispute éclate à propos de l’argent qu’il faudrait avoir pour repeindre la maison. Le résultat final c’est que Monsieur Leblanc claque la porte et va seul au cinéma et que sa femme se retrouve pleine de rancune. Au retour, il sera privé de sexe, mais elle aussi. La femme souhaite être « cajolée » selon le terme de Berne. Le mari voudrait qu’on reconnaisse son héroïsme pour subvenir aux besoins du ménage. Elle voudrait des caresses physiques ; lui des signes d’admiration. Chacun refuse de donner à l’autre ce qu’il espère, pour une raison quelconque.

Berne dit que la plupart des jeux conjugaux sont destinés à éviter l’intimité. En période de confinement, le choix d’un film à regarder ensemble peut faire l’affaire. Les corvées ménagères mal réparties jouant le rôle de l’argent qu’on n’a pas pour repeindre la maison. Les sources de frustrations nombreuses sont autant d’occasions pour hameçonner son (ou sa) partenaire.

Le jeu de « Ereintée » concerne les femmes surchargées de tâches, les ménagères qui font face à tout et sont bonnes pour le burn-out. Ces femmes se marient, dit Berne , avec le fantasme que leur mari a de sa propre mère qui faisait soi-disant tout parfaitement. Elles n’arrivent pas à renoncer à être parfaites ou à passer pour telles. Les conditions de vie modernes mettent les femmes plus en danger que les hommes. Il arrive que le mari tienne la maison quand sa femme travaille, mais est-il si fréquent qu’il le fasse en plus de son activité professionnelle ?

Les disputes de premier niveau réclament quelques remèdes de base : repérer les besoins de l’un et de l’autre, négocier la répartition de l’espace, du temps, se donner des signaux d’alerte, ne pas oublier de se dire des choses gentilles (signes de reconnaissance) qui mettent de l’huile dans les rouages, chercher le plus possible à obtenir le consentement de l’autre. C’est un fonctionnement démocratique. On peut parler de contrat.

Dans le cas du jeu « Sans toi », il faut aller plus loin, connaître ses faiblesses et accepter de prendre la responsabilité de ses choix de vie. Le jeu de « Coïncé » réclame aussi d’être honnête avec soi-même et avec l’autre : chacun connaît les points faibles de l’autre. S’abstenir d’appuyer sur ces points faibles est un bon moyen de renforcer alliance. Quant au jeu « Ereintée », je vous invite à écouter les féministes qui luttent contre le poids des préjugés de genre proposés aux filles dès leur enfance. Elles nous disent que nous n’avons pas à prendre tout sur nos épaules, que nous devons partager les tâches ménagères de façon à ne pas nous sentir éreintées au point de tomber malades.

La négociation et la bonne humeur nous donnent une chance d’éviter d’escalader dans les jeux et de mieux nous aimer. Dans le cas contraire, les couples au sortir de la période de confinement auront accumulé la rancune et se sépareront ou pire auront escaladé jusqu’à la violence contre l’autre et /ou contre soi.

[1] Eric Berne : Des jeux et des hommes, Psychologie des relations humaines, New York 1964,  Edition en français : Stock 1975Haut du formulaireBas du formulaire

Lecture féministe N° 6

Cette fois, je vous propose de relire un des ouvrages fondamentaux de l’analyse transactionnelle : Des scénarios et des hommes , de Claude Steiner et en particulier les chapitres 13 et 14 écrits par Hogie Wickoff intitulés : Scénarios des rôles sexuels masculins et féminins et Scénarios banals féminins. J’en reprendrai les passages qui m’ont le plus frappée.L’existence des rôles sexuels est un phénomène culturel très ancien dont on peut trouver des exemples dans les déesses de la mythologie grecque : Athéna est le prototype de La femme à l’ombre de l’homme, Héra est la Mamma et Aphrodite est La femme frivole.Un certain nombre de scénarios de femmes montrent comment les femmes ont été entraînées à vivre avec l’idée qu’elles étaient incomplètes, inadéquates et dépendantes et comment elles ont pu accepter cette mystification.Dans le chapitre 14, Hogie Wickoff énumère et décrit un certain nombre de scénarios féminins facilement discernables. – La Mamma ou la femme à l’ombre de la famille. – La femme frivole- La femme à l‘ombre de l’homme- Pauvre de moi- La belle incomprise- Infirmière- La grosse dame- Enseignante- Sorcière batailleuse- La dame de fer- La reine de la ruche.La Mamma, par exemple, passe sa vie à nourrir les autres et à prendre soin de tout le monde à l’exception d’elle-même. Elle croit qu’elle est la personne la moins importante de la famille et que sa valeur ne se mesure que par la quantité de ce qu’elle peut donner aux autres ce qui explique qu’elle en redemande. Encore jeune femme, elle a décidé qu’elle préférait être une bonne épouse et une bonne mère plutôt que de poursuivre sa carrière et de relever le défi de l’indépendance. Ses jeux psychologiques sont : « Ereintée », « Femme frigide » et « Regarde comme j’ai essayé ».

Hogie Wickoff nous dit que ces deux premiers jeux relèvent d’un préjugé sexiste de Berne et qu’elle aurait aimé en discuter avec lui. Ce dialogue a été empêché par sa mort . C’est aussi mon opinion. En effet, le jeu psychologique dénommé « Ereintée » est l’un des jeux conjugaux présentés par Berne dans Des Jeux et des hommes. Il consiste pour la femme à accepter tous les rôles, toutes les tâches et à tomber malade. La ménagère a choisi un mari qui la critiquera si elle ne se montre pas aussi efficace que ne l’était – croit-il-, sa mère à lui. Elle est donc en compétition avec la mère de son mari qui faisait tout parfaitement. Berne méconnaît visiblement la charge que représente le soin de la famille. Quand il écrit que « si elle est capable de modérer son allure, de se contenter d’aimer son mari et ses enfants, elle ne sera pas simple servante : elle jouira de ses vingt-cinq ans et se sentira bien seule quand son dernier-né partira pour le collège », le préjugé sexiste est évident. C’est même bien arrogant de sa part si la traduction est fidèle. En arrière-plan, le problème du partage des tâches ménagères, toujours à refaire, aggravé quand la femme travaille aussi à l’extérieur. L’autre jeu c’est la femme frigide et les disputes autour de la place du sexe dans la vie conjugale avec l’excuse : « Je suis fatiguée ». Les hommes ont comme les femmes un certain nombre de scénarios stéréotypés qu’ils choisissent comme plan de vie. A un certain style de vie chez l’homme correspond un autre style de vie chez la femme. Le coup de foudre serait la rencontre de deux scénarios complémentaires.Voici quelques scénarios banals masculins :- Super-Papa- L’homme qui cache la femme- Playboy- Monsieur Muscle- Intellectuel- Le bourreau des femmes.

Le sexisme est le premier des trois ennemis de l’Amour, les deux autres étant le Jeu de Sauvetage et les Jeux de pouvoir. C’est un préjugé basé sur le sexe de la personne qui présuppose (mais pas toujours) une suprématie du mâle. Hommes et femmes reçoivent des injonctions et des attributions qui les contraignent à endosser des rôles sexuels nuisibles et opprimants pour les deux sexes bien qu’ils soient plus opprimants pour les femmes que pour les hommes. Les scénarios générés par ces rôle sexuels empêchent les hommes et les femmes d’affirmer leur pleine puissance, de trouver l’intimité et de travailler ensemble.Claude Steiner affirme clairement être un féministe engagé. Les hommes , dit-il, ont besoin des femmes pour le compagnonnage, l’amitié, les caresses, l’amour et comme partenaires de travail ; et ces besoins ne peuvent pas être satisfaits de façon durable par des femmes dominées, passives, esclaves ou en colère. Vous qui avez choisi de lire ce texte, seriez -vous intéressés par des échanges avec moi sur le thème du féminisme et de l’analyse transactionnelle ? Si c’est le cas contactez-moi sur facebook, messenger ou LinkedIn.

Lectures féministes 3

Comment éduquer les filles est l’une des grandes questions que se posent les féministes depuis des siècles. Chimananda Ngozi Adichie, écrivaine nigérienne, s’adresse dans un de ses ouvrages à une amie d’enfance qui lui a demandé des conseils pour donner une éducation féministe à sa petite fille. Après lui avoir répondu qu’elle n’en avait aucune idée, elle lui a fait quinze suggestions. Je les trouve toutes très stimulantes. Celle que je vais vous soumettre c’est la quinzième, une de mes préférées.

« Eduque-la à la différence. Fais de la différence une chose ordinaire. Fais de la différence une chose normale. Apprends lui à ne pas attacher d’importance à la différence. Et il ne s’agit pas là de se montrer juste ou même gentille, mais simplement d’être humaine et pragmatique. Parce que la réalité de notre monde, c’est la différence. Et en l’éduquant à la différence, tu lui donnes les moyens de survivre dans un monde de diversité.

Elle doit savoir et comprendre que dans le monde les gens suivent des chemins différents, et que tant que ces chemins ne nuisent pas aux autres, ce sont des chemins valables qu’elle doit respecter

Apprends lui à ne jamais généraliser ses propres principes ou expériences. Apprends lui que ses principes ne s’appliquent qu’à elle seule, et pas aux autres….  Avoir conscience que la différence est normale ».

Qu’en pensez-vous ?

Lectures féministes 2

Dans « Une chambre à soi », publié en 1929 , Virginia Woolf , invitée à parler des femmes et du roman, s’interroge sur les conditions nécessaires à la création des oeuvres d’art et en particulier à la production d’une oeuvre littéraire, quand on est une femme.

Elle soutient que , si Shakespeare avait eu une sœur d’un génie aussi grand que le sien,  elle serai devenue folle, se serait tuée ou aurait terminé ses jours dans quelque chaumière éloignée de tout village, mi-sorcière, mi-magicienne, objet de crainte et de dérision et qu’il est « indispensable qu’une femme possède quelque argent et une chambre à soi si elle veut écrire une oeuvre de fiction ». Or jusqu’à une époque récente, non seulement il était impossible pour les femmes de gagner de l’argent mais « si cela leur eût été possible, la loi leur ôtait le droit de posséder ce qu’elles gagnaient. Ce n’est que depuis 48 ans, ajoute  Virginia Woolf,  que Mrs Seton possède un sou qui soit à elle. Il y a 48 ans, cet argent eût été la propriété de son mari ». Rappelons qu’elle écrivait ceci il y a presque cent ans ! Vous me direz qu’aujourd’hui nous savons tout cela et que, les femmes pouvant désormais gagner leur vie, la loi a pu changer. Nous savons toutes aussi qu’empêcher les femmes de travailler et de gérer l’argent qu’elles ont gagné est le meilleur moyen de les contrôler. Les afghanes l’expérimentent  cruellement en ce moment.

Concernant la chambre, où l’on peut s’isoler, « si une femme écrivait , elle devait le faire dans le salon commun » où se rassemblait la famille bourgeoise au dix-neuvième siècle. Elle y était sans cesse dérangée. Jane Austen écrivit dans ces conditions jusqu’à la fin de ses jours. Elle cachait ses manuscrits pour éviter que l’on pût soupçonner son travail. Dans l’espace de la maison, encore aujourd’hui, la cuisine est la seule pièce considérée comme réservée à la maîtresse de maison. Mais une cuisine ne se ferme pas à clé. C’est le lieu qui appartient à tout le monde. Pendant le confinement du à l’épidémie de Covid, les femmes écrivaines ont vu leur espace envahi jour et nuit par les enfants qui n’allaient plus à l’école et par leur compagnon ou leur compagne  qui n’allait plus au travail. Elles ne pouvaient pas non plus aller écrire comme Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sarre l’avaient fait dans les brasseries de Montparnasse, interdites d’accès et de toute façon, bien trop coûteuses pour un usage quotidien.

Autres obstacles : l’absence de tradition sur laquelle s’appuyer pour écrire et publier. Continuant son enquête sur les femmes et le roman, notre Virginia cherche dans les livres ce qui a été écrit sur les femmes et elle découvre  que ces livres ont été essentiellement écrits par des hommes, des hommes que rien ne semble qualifier en apparence pour parler des femmes, sinon qu’ils n’en sont pas.

Comment expliquer se dit-elle que, alors qu’un homme sur deux était capable de faire une chanson ou un sonnet, aucune femme n’a écrit un mot de cette extraordinaire littérature. La réponse est dans les conditions de vie des femmes : à l’époque élisabéthaine, les femmes n’écrivaient pas de poésie « mais sait-on comment elles étaient élevées ? Leur apprenait-on à écrire ? Avaient-elles une pièce personnelle ? Combien de femmes avaient des enfants avant leur vingt et unième année ? En un mot que faisaient-elles entre huit heures du matin et huit heures du soir ? Elles n’avaient pas d’argent, c’est certain ; elles étaient mariées, que cela leur plût ou non, avant la sortie de la nursery, vers quinze ou seize ans probablement. Il eût été bien étrange d’après ce tableau de voir l’une d’elles soudain se mettre à écrire les pièces de Shakespeare…Les chats ne vont pas au ciel. Les femmes ne peuvent pas écrire les pièces de Shakespeare ».

Les difficultés matérielles auxquelles les femmes se heurtaient étaient terribles ; mais bien pires étaient les difficultés immatérielles. L’indifférence du monde que Keats et Flaubert et d’autres hommes de génie ont trouvé dure à supporter étaient, lorsqu’il s’agissait de femmes, non pas de l’indifférence, mais de l’hostilité. ». Il faut ajouter que ce qu’elles écrivaient n’a pas été conservé, ni répertorié, ceux qui étaient censés le faire étant des hommes. Les chercheuses d’aujourd’hui ont  une immense tâche devant elles.

Hommes et femmes , pense Virginia Woolf , appartiennent à deux mondes différents. C’est pourquoi ils ont intérêt à se connaître. « Il est néfaste d’être purement un homme ou une femme ; il faut être femme-masculin ou homme-femme. L’art de création demande pour s’accomplir qu’ait lieu dans l’esprit une certaine collaboration entre la femme et l’homme. Un certain mariage des contraires doit être consommé. Toute cette opposition de sexe à sexe, de qualité à qualité, toute cette revendication et cette imputation d’infériorité appartiennent à la phase des écoles primaires de l’existence humaine où il y a des camps et où il est nécessaire pour un camp de battre l’autre. A mesure que les gens avancent vers la maturité, ils cessent de croire aux camps et aux directeurs d’école ».

Il faut donc retourner à Shakespeare,  car il fut androgyne ; ainsi que Keats  et Sterne. Shelley peut-être était asexué. De nos jours, Proust est complètement androgyne, peut-être même un peu trop féminin. Mais ce défaut est trop rare pour qu’on s’en plaigne ».

Quel avenir ?

Si nous acquérons l’habitude, la liberté et le courage d’écrire exactement ce que nous pensons ; si nous parvenons à échapper un peu au salon commun et à voir les humains non pas seulement dans leurs rapports les uns avec les autres mais dans leur relation avec la réalité, et aussi le ciel et les arbres et le reste en fonction de ce qu’ils sont ; si nous ne reculons pas devant le fait  qu’il n’y a aucun bras auquel nous accrocher et que nous marchons seules et que nous sommes en relation avec le monde de la réalité et non seulement avec le monde des hommes et des femmes, alors l’occasion se présentera pour la poétesse morte qui était la sœur de Shakespeare de prendre cette forme humaine à laquelle il lui a fallu si souvent renoncer ».

Cent ans après la publication de cet ouvrage si nécessaire, à qui pensez-vous quand vous vous demandez quel nom mettre à notre époque pour la réincarnation de la sœur de Shakespeare ? Doris Lessing, Marguerite Yourcenar, Marguerite Duras, Toni Morrison ? Qui d’autre?

N’hésitez pas à partager.

Lectures féministes 1

Je me suis plongée dans ma bibliothèque du côté des livres féministes datant des années 70. Je vais y choisir quelques extraits qui nous permettent de revenir sur les relations amoureuses entre les femmes et les hommes, relations construites dès l’enfance avec le mythe du Prince Charmant.

Aujourd’hui je vais citer l’ouvrage de Georges Falconnet et Nadine Lefaucheur : La fabrication des mâles, publié aux Editions du Seuil en 1975. J’ai choisi de vous en faire connaître un extrait concernant la conception de la place de l’amour dans la vie.

« La véritable ligne de partage entre les idéologies amoureuses masculine et féminine n’est pas tant la croyance au mythe du Grand Amour, que l’importance accordée aux relations amoureuses par rapport à la vie professionnelle et publique . Les hommes en effet, qu’ils vivent en séducteurs « libres » ou en couple, qu’ils cherchent ou refusent le Grand Amour, qu’ils privilégient le sexe ou au contraire les sentiments, en fin de compte se retrouvent d’accord pour ne pas faire de leurs rapports amoureux le but de leur existence, contrairement à ce que la société exige des femmes.

On trouverait bien peu d’hommes qui aient, autrement que de façon épisodique, abandonné leur désir de carrière, de promotions et de réussite sociale, au profit de leurs rapports avec les femmes. Et de ceux -là on peut dire qu’ils ont vraiment adopté une attitude féminine devant l’amour. »

La question que je me pose et que je vous pose , c’est : « Est-ce que, après 45 ans et avec l’épidémie due au (ou à la) covid, on ne commence pas à voir apparaître ce nouvel homme?