Je dis non à la solitude

comment créer des liens et les entretenir

Sommaire :

Introduction : Dire bonjour

I – Quand on ne s’entend plus avec sa famille

1 – Les comportements que nous avons appris dans notre famille :

         Dans quel contexte historique s’est construite votre famille :

         Comprendre les relations des parents avec leurs enfants :

  • La dépendance du jeune enfant à l’égard des adultes
  • Les apprentissages premiers
  • La préparation à la vie sociale
  • Les familles maltraitantes : grandir hors de chez soi
  • La culture familiale des familles ordinaires
  • Les apprentissages de la vie sociale
  • Les familles fusionnelles

         – Les relations entre les parents :

         – Frères et sœurs, plus ou moins égaux

         – Les relations avec leur famille des enfants devenus adultes

2 – Ce qu’on peut apprendre avec  le développement personnel

  • Observer sa famille 
  • Explorer son  héritage mental

Le modèle d’analyse

Les contradictions entre nos parents

Les domaines d’influence

  • Changer son attitude
  • Avec le temps..

Pour rester proche de votre famille ou renouer avec elle

II – Comment se faire des amis et les garder

1 – Des mots pour décrire l’amitié

2 – Le besoin d’amis dans l’enfance et dans l’adolescence

3 – Les besoins auxquels répond l’amitié

  • Le besoin de compagnie
  • Le besoin d’être important pour quelqu’un
  • Comment on devient amis

4 – Comment distinguer l’amitié des autres affections ?

  • Copains et amis
  • L’importance du groupe durant la jeunesse 
  • Le cocon chaleureux
  • Les rejets et la persécution dans le groupe

5 – Comment l’amitié évolue dans le temps : d’une sorte d’amitié à une autre..

6 – A quoi sert l’amitié dans la vie d’adulte ?

  • Amis confidents
  • Amis en vacances
  • Copains sportifs
  • Amitiés asymétriques

7 – Les amitiés peuvent-elles dériver ?

  • La dépendance
  • L’admiration
  • Les relations de domination/soumission
  • « Comme chiens et chats »
  • Que faire en cas de dérive ?

8 – La rencontre de l’autre

9 – Mon groupe d’amis a changé. Que faire ?

  • Mon club de supporters aujourd’hui 
  • Faire le tri
  • Les changements
  • Les relations avec la bande ou le groupe

10 – Comment me faire des amis à tout âge ?

  • Comment se nouent les amitiés
  • Savoir ce que l’on veut vraiment
  • Donner des signes de reconnaissance

Les réseaux sociaux, une ressource pour se faire des amis ou conserver ceux qu’on a déjà

III – Au travail, j’ai l’impression que personne ne s’intéresse aux autres

1- Le lieu de travail, un lieu de rencontres

            – Quand rien ne va au travail : les plaintes

            – Les mécanismes de la relation

2 – Les relations avec les collègues

  • Je ne choisis pas mes collègues. C’est normal qu’ils puissent m’agacer !
  • Projections et préjugés
  • Les différences de personnalités
  • Les comportements complaisants
  • Travailler en coopération.
  • Mettre la bonne distance                                

3 – Les relations au sein d’un système hiérarchique :

  • Comment nous percevons la relation de pouvoir :
  • Comment nous intériorisons l’idée de chef et de subordonné :
  • Savoir analyser les comportements inacceptables des uns et des autres.
  • Le respect des rôles de chacun : Un dilemme 

4 – Votre métier vous met en contact avec le public 

      – Vous travaillez en institution

  • Dans les métiers de l’éducation,
  • Dans les métiers du soin         

      – Vous travaillez en libéral        

 5 –  Pour développer de bonnes relations au travail 

6 – Les réseaux professionnels sur internet

Vos ressources pour vous faire des alliés

IV – L’amour, la grande affaire

1 – La place de l’amour dans nos vies :

  • Comment la pression sociale nous pousse à former un couple
  • L’anticipation de l’amour : modèles, rêve, amour romantique et mythes :
  • En quoi consistent ces modèles

2 – L’entrée dans une relation qui se veut durable, mais qui ne l’est pas toujours

  • Comment se concrétise la possibilité même de la formation d’un nouveau couple,
  • Comment comprendre ce qui se passe dans la relation : 
  • Etre conscient de son scénario de vie et de son  scénario familial
  • Agacements et  jeux conjugaux
  • Les rapports de domination dans le couple
  • Les crises : Quand on échoue à vivre ensemble

3 – Le choix de fonder une famille et d’élever des enfants

  • Du couple amoureux à l’état de parent 
  • Quelle répartition de ces deux fonctions entre les parents ?
  • Communiquer avec ses enfants
  • La vie après le départ des enfants

4.  Prolonger sa vie amoureuse, dépasser les crises du couple

  • Quand on demande tout à une seule personne
  • Etre au clair sur ce qu’on ne devrait jamais sacrifier.
  • Entretenir l’amour dans le couple

Répondre au besoin d’intimité

Conclusion : Quand la solitude est aussi liberté et occasion de changer

Annexes :

Les mots de l’AT et bibliographie

Je dis non à la solitude

Créer des liens et les entretenir

Présentation du livre par Olivier Montadat (PTSTA O)

« La vie c’est le lien, le lien c’est la vie….

Agnès Le Guernic illustre cette nécessité et les moyens de créer du lien y compris quand c’est difficile pour nous. En effet, dans ce monde très stressant, la tentation de la solitude même si elle douloureuse peut être une « solution » pour certain.es.
En s’appuyant sur des concepts tirés de l’analyse transactionnelle, Agnès Le Guernic permet à chacun.e d’entre nous, que nous soyons « l’honnête homme / femme » ou bien encore professionnels de l’accompagnement, de savoir comment créer et entretenir le lien.
Nous sommes chacun.e responsable de la qualité de nos vie – y compris de sortir de nos solitudes – et ce livre nous permet de mieux assumer cette responsabilité.

Couples en confinement : Bonjour, les jeux psychologiques

Enfin seuls est-ce vraiment intéressant?

De trop peu à trop :

Etre confiné chez soi pendant trois semaines ou plus avec son amoureux ou son amoureuse, son copain, sa copine, son conjoint, sa conjointe ne devrait pas poser de problèmes. Comment l’autre dont la présence nous manquait tant dans la vie antérieure pourrait-il devenir de trop ? Pourtant, rien n’est simple. Nous avons vu que la satisfaction de nos besoins fondamentaux était rendue difficile par la situation de confinement, d’où le risque plus grand de disputes, suite à des conflits entre les besoins de l’un et ceux de l’autre. L’impossibilité de sortir pour se changer les idées va aussi compter : les stratégies habituelles de désescalade dans les disputes ne sont plus disponibles. On parle déjà du nombre de divorces au sortir de la crise tout autant qu’on parle du nombre de naissances dans neuf mois.

 Il importe donc d’identifier les situations à risque. Les problèmes peuvent venir des jeux psychologiques favoris de chacun. Les jeux psychologiques sont des séquences comportementales complémentaires automatiques, apprises dans l’enfance et qui ne sont pas conscientes. Les disputes par lesquelles ils se manifestent peuvent être anodines (premier degré des jeux) ; elles peuvent déboucher sur une rupture (deuxième degré) ou sur la violence (troisième degré). D’où l’intérêt de les repérer afin d’éviter toute escalade. Sinon elles peuvent devenir lourdement dommageables.

Parmi les jeux conjugaux[1], j’ai choisi trois modèles de jeux à deux correspondant à la situation de confinement à deux : celui de « Sans toi », celui de « Ereintée » et celui de « Coïncé ».

 Dans le jeu de « Sans toi », la femme reproche à son mari de l’empêcher de travailler, alors qu’en fait elle a inconsciemment peur du monde extérieur. Elle se plaint auprès de ses amies et passe pour la victime d’un tyran. Lui est terrifié à l’idée de rentrer un jour à la maison et de découvrir qu’elle est partie et qu’il est seul. Les deux personnes ont fait alliance en secret entre leurs états du moi Enfant.

Berne, en homme de son époque, nous propose le dialogue suivant au niveau social :

–      Reste à la maison et occupe toi du ménage

–      Sans toi j’aurais pu faire une carrière de concertiste

Avec, au niveau caché, un échange différent :

–      Tu dois toujours être à la maison quand j’y rentre. Je suis terrifié à l’idée que tu puisses m’abandonner

–      Je resterai à la maison si tu m’aides à éviter les situations dont j’ai peur ;

La femme a donc épousé un homme autoritaire de façon à ce qu’il restreigne ses activités à elle, lui évitant de se mettre dans des situations qui l’effraient. Au lieu de lui manifester sa reconnaissance, elle se plaint des limitations, ce qui met son conjoint mal à l’aise. Son avantage est qu’elle peut jouer à « sans lui » avec ses amies. La femme rejette en fait sur son mari la responsabilité du choix qu’elle a fait en l’épousant. : « Ah si je ne t’avais pas épousé, je n’aurais pas renoncé à mon métier pour toi, je pourrais sortir et m’amuser au lieu d’être cloitrée dans ma cuisine ! » Il faut que le partenaire partage un peu de la culpabilité pour que ça marche. Le jeu est caractérisé par la mauvaise foi. En général les couples s’apparient pour des raisons de complémentarité, chacun entrant inconsciemment dans le jeu favori de l’autre. Le mari peut être aussi dans le rôle de la victime qui se plaint. Nous ne sommes plus à l’époque de Berne ! A notre époque où nous sommes devenus sensibles à l’influence du fonctionnement resté patriarcal de la société, nous pouvons imaginer la situation inverse. Que de personnes talentueuses certes, mais effrayées par l’idée de ce qu’elles devraient entreprendre si elles devaient réaliser leurs ambitions, se plaignent d’avoir un conjoint ou une conjointe autoritaire, qui les empêche de faire ce qu’elles n’osent pas faire. Cela leur permet de jouer à « Sans lui, Sans elle, Sans les enfants, Sans… »que ne ferais-je pas?

Le jeu de « Coïncé » consiste à refuser avec hypocrisie de donner à l’autre ce qu’il veut et de faire comme si on l’ignorait. Voici la situation décrite par Berne : Madame Leblanc propose à monsieur Leblanc d’aller au cinéma. En général quand ils vont au cinéma ils font l’amour au retour. Mais cette fois une dispute éclate à propos de l’argent qu’il faudrait avoir pour repeindre la maison. Le résultat final c’est que Monsieur Leblanc claque la porte et va seul au cinéma et que sa femme se retrouve pleine de rancune. Au retour, il sera privé de sexe, mais elle aussi. La femme souhaite être « cajolée » selon le terme de Berne. Le mari voudrait qu’on reconnaisse son héroïsme pour subvenir aux besoins du ménage. Elle voudrait des caresses physiques ; lui des signes d’admiration. Chacun refuse de donner à l’autre ce qu’il espère, pour une raison quelconque.

Berne dit que la plupart des jeux conjugaux sont destinés à éviter l’intimité. En période de confinement, le choix d’un film à regarder ensemble peut faire l’affaire. Les corvées ménagères mal réparties jouant le rôle de l’argent qu’on n’a pas pour repeindre la maison. Les sources de frustrations nombreuses sont autant d’occasions pour hameçonner son (ou sa) partenaire.

Le jeu de « Ereintée » concerne les femmes surchargées de tâches, les ménagères qui font face à tout et sont bonnes pour le burn-out. Ces femmes se marient, dit Berne , avec le fantasme que leur mari a de sa propre mère qui faisait soi-disant tout parfaitement. Elles n’arrivent pas à renoncer à être parfaites ou à passer pour telles. Les conditions de vie modernes mettent les femmes plus en danger que les hommes. Il arrive que le mari tienne la maison quand sa femme travaille, mais est-il si fréquent qu’il le fasse en plus de son activité professionnelle ?

Les disputes de premier niveau réclament quelques remèdes de base : repérer les besoins de l’un et de l’autre, négocier la répartition de l’espace, du temps, se donner des signaux d’alerte, ne pas oublier de se dire des choses gentilles (signes de reconnaissance) qui mettent de l’huile dans les rouages, chercher le plus possible à obtenir le consentement de l’autre. C’est un fonctionnement démocratique. On peut parler de contrat.

Dans le cas du jeu « Sans toi », il faut aller plus loin, connaître ses faiblesses et accepter de prendre la responsabilité de ses choix de vie. Le jeu de « Coïncé » réclame aussi d’être honnête avec soi-même et avec l’autre : chacun connaît les points faibles de l’autre. S’abstenir d’appuyer sur ces points faibles est un bon moyen de renforcer alliance. Quant au jeu « Ereintée », je vous invite à écouter les féministes qui luttent contre le poids des préjugés de genre proposés aux filles dès leur enfance. Elles nous disent que nous n’avons pas à prendre tout sur nos épaules, que nous devons partager les tâches ménagères de façon à ne pas nous sentir éreintées au point de tomber malades.

La négociation et la bonne humeur nous donnent une chance d’éviter d’escalader dans les jeux et de mieux nous aimer. Dans le cas contraire, les couples au sortir de la période de confinement auront accumulé la rancune et se sépareront ou pire auront escaladé jusqu’à la violence contre l’autre et /ou contre soi.

[1] Eric Berne : Des jeux et des hommes, Psychologie des relations humaines, New York 1964,  Edition en français : Stock 1975Haut du formulaireBas du formulaire

Lecture féministe N° 6

Cette fois, je vous propose de relire un des ouvrages fondamentaux de l’analyse transactionnelle : Des scénarios et des hommes , de Claude Steiner et en particulier les chapitres 13 et 14 écrits par Hogie Wickoff intitulés : Scénarios des rôles sexuels masculins et féminins et Scénarios banals féminins. J’en reprendrai les passages qui m’ont le plus frappée.L’existence des rôles sexuels est un phénomène culturel très ancien dont on peut trouver des exemples dans les déesses de la mythologie grecque : Athéna est le prototype de La femme à l’ombre de l’homme, Héra est la Mamma et Aphrodite est La femme frivole.Un certain nombre de scénarios de femmes montrent comment les femmes ont été entraînées à vivre avec l’idée qu’elles étaient incomplètes, inadéquates et dépendantes et comment elles ont pu accepter cette mystification.Dans le chapitre 14, Hogie Wickoff énumère et décrit un certain nombre de scénarios féminins facilement discernables. – La Mamma ou la femme à l’ombre de la famille. – La femme frivole- La femme à l‘ombre de l’homme- Pauvre de moi- La belle incomprise- Infirmière- La grosse dame- Enseignante- Sorcière batailleuse- La dame de fer- La reine de la ruche.La Mamma, par exemple, passe sa vie à nourrir les autres et à prendre soin de tout le monde à l’exception d’elle-même. Elle croit qu’elle est la personne la moins importante de la famille et que sa valeur ne se mesure que par la quantité de ce qu’elle peut donner aux autres ce qui explique qu’elle en redemande. Encore jeune femme, elle a décidé qu’elle préférait être une bonne épouse et une bonne mère plutôt que de poursuivre sa carrière et de relever le défi de l’indépendance. Ses jeux psychologiques sont : « Ereintée », « Femme frigide » et « Regarde comme j’ai essayé ».

Hogie Wickoff nous dit que ces deux premiers jeux relèvent d’un préjugé sexiste de Berne et qu’elle aurait aimé en discuter avec lui. Ce dialogue a été empêché par sa mort . C’est aussi mon opinion. En effet, le jeu psychologique dénommé « Ereintée » est l’un des jeux conjugaux présentés par Berne dans Des Jeux et des hommes. Il consiste pour la femme à accepter tous les rôles, toutes les tâches et à tomber malade. La ménagère a choisi un mari qui la critiquera si elle ne se montre pas aussi efficace que ne l’était – croit-il-, sa mère à lui. Elle est donc en compétition avec la mère de son mari qui faisait tout parfaitement. Berne méconnaît visiblement la charge que représente le soin de la famille. Quand il écrit que « si elle est capable de modérer son allure, de se contenter d’aimer son mari et ses enfants, elle ne sera pas simple servante : elle jouira de ses vingt-cinq ans et se sentira bien seule quand son dernier-né partira pour le collège », le préjugé sexiste est évident. C’est même bien arrogant de sa part si la traduction est fidèle. En arrière-plan, le problème du partage des tâches ménagères, toujours à refaire, aggravé quand la femme travaille aussi à l’extérieur. L’autre jeu c’est la femme frigide et les disputes autour de la place du sexe dans la vie conjugale avec l’excuse : « Je suis fatiguée ». Les hommes ont comme les femmes un certain nombre de scénarios stéréotypés qu’ils choisissent comme plan de vie. A un certain style de vie chez l’homme correspond un autre style de vie chez la femme. Le coup de foudre serait la rencontre de deux scénarios complémentaires.Voici quelques scénarios banals masculins :- Super-Papa- L’homme qui cache la femme- Playboy- Monsieur Muscle- Intellectuel- Le bourreau des femmes.

Le sexisme est le premier des trois ennemis de l’Amour, les deux autres étant le Jeu de Sauvetage et les Jeux de pouvoir. C’est un préjugé basé sur le sexe de la personne qui présuppose (mais pas toujours) une suprématie du mâle. Hommes et femmes reçoivent des injonctions et des attributions qui les contraignent à endosser des rôles sexuels nuisibles et opprimants pour les deux sexes bien qu’ils soient plus opprimants pour les femmes que pour les hommes. Les scénarios générés par ces rôle sexuels empêchent les hommes et les femmes d’affirmer leur pleine puissance, de trouver l’intimité et de travailler ensemble.Claude Steiner affirme clairement être un féministe engagé. Les hommes , dit-il, ont besoin des femmes pour le compagnonnage, l’amitié, les caresses, l’amour et comme partenaires de travail ; et ces besoins ne peuvent pas être satisfaits de façon durable par des femmes dominées, passives, esclaves ou en colère. Vous qui avez choisi de lire ce texte, seriez -vous intéressés par des échanges avec moi sur le thème du féminisme et de l’analyse transactionnelle ? Si c’est le cas contactez-moi sur facebook, messenger ou LinkedIn.

Lectures féministes 3

Comment éduquer les filles est l’une des grandes questions que se posent les féministes depuis des siècles. Chimananda Ngozi Adichie, écrivaine nigérienne, s’adresse dans un de ses ouvrages à une amie d’enfance qui lui a demandé des conseils pour donner une éducation féministe à sa petite fille. Après lui avoir répondu qu’elle n’en avait aucune idée, elle lui a fait quinze suggestions. Je les trouve toutes très stimulantes. Celle que je vais vous soumettre c’est la quinzième, une de mes préférées.

« Eduque-la à la différence. Fais de la différence une chose ordinaire. Fais de la différence une chose normale. Apprends lui à ne pas attacher d’importance à la différence. Et il ne s’agit pas là de se montrer juste ou même gentille, mais simplement d’être humaine et pragmatique. Parce que la réalité de notre monde, c’est la différence. Et en l’éduquant à la différence, tu lui donnes les moyens de survivre dans un monde de diversité.

Elle doit savoir et comprendre que dans le monde les gens suivent des chemins différents, et que tant que ces chemins ne nuisent pas aux autres, ce sont des chemins valables qu’elle doit respecter

Apprends lui à ne jamais généraliser ses propres principes ou expériences. Apprends lui que ses principes ne s’appliquent qu’à elle seule, et pas aux autres….  Avoir conscience que la différence est normale ».

Qu’en pensez-vous ?