Au bout du conte

Au bout du conte, ou le scénario de vie amoureux

Dans le petit monde de l’AT, nous sommes nombreux, anciens clients, élèves ou amis de Gysa Jaoui, à guetter avec impatience les films de sa fille, Agnès. Retrouverons–nous des éléments de la théorie qui est à la base de notre lecture du monde ? Le sujet de son dernier film en tous cas est au cœur des préoccupations de l’analyse transactionnelle, Eric Berne, Fanita English et Steve Karpman ayant suffisamment montré les liens entre scénario de vie et contes traditionnels.

Le conte dont parle le titre du film, c’est le conte de fées qui nous a été raconté et lu dans notre enfance et qui a contribué à construire entre autres notre représentation de la relation amoureuse.

Lire plus loin

Le rôle des contes de fées dans la transmission du modèle patriarcal

Le conte  parle à l’enfant de la famille où il est né et où il vit et s’il est une fille il la projette dans un avenir  où elle est censée fonder ailleurs une autre famille (c’est la règle de l’exogamie). Le garçon restera dans sa famille d’origine. Ce sera le cas aussi pour la fille qui n’aura pas trouvé à se marier. Sans l’intervention de sa marraine, la fée, Cendrillon serait restée au service de son père, de sa marâtre et de ses soeurs.

Lire plus loin

Toni Morrison et « les demi-sœurs de Cendrillon »[1],

 Toni  Morrison dans ce discours aux étudiantes de la faculté Barnard à New York en 1979 aborde le risque et la tentation d’asservissement de femmes par d’autres femmes dans un monde où les femmes quel que soit leur milieu d’origine pourront accéder au pouvoir. C’est un problème contemporain. Lorsqu’il était dirigé contre d’autres femmes,explique-t-elle, le pouvoir féminin s’est historiquement exercé d’une façon que l’on a qualifiée de « masculine ». Les étudiantes de Barnard seront bientôt en mesure de l’exercer de même.

Lire plus loin

Le rôle des contes de fées dans la transmission du modèle patriarcal

Le conte  parle à l’enfant de la famille où il est né et où il vit et s’il est une fille il la projette dans un avenir  où elle est censée fonder ailleurs une autre famille (c’est la règle de l’exogamie). Le garçon restera dans sa famille d’origine. Ce sera le cas aussi pour la fille qui n’aura pas trouvé à se marier. Sans l’intervention de sa marraine, la fée, Cendrillon serait restée au service de son père, de sa marâtre et de ses soeurs.

Lire plus loin